AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 La provocation des Kids

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: La provocation des Kids   Mar 17 Déc - 2:04

Les deux nouveaux compères qu'étaient Viktor et Uliana étant désormais à l'arrêt, moteur coupé, le silence se faisait sentir. La pression semblait écraser Viktor qui se collait presque à la vitre du véhicule pour tenter de détecter l'origine des troubles. Mais rien ne semblait venir. L'officier de police retourna le regard de sa partenaire du jour car il ne savait, sur le coup, pas trop quoi faire dorénavant.

S'il ne faisait pas si froid, il aurait probablement le front en sueur. Mais les choses étant comme elles sont, il était parfaitement propre et avait une allure assez calme. Ces lunettes presque opaques cachaient très probablement ses deux yeux alarmés, dévisageant Uliana.

Mais l'homme de loi solitaire reprit rapidement ses esprits. Il ne s'attendait effectivement pas à ce que tout soit parfaitement calme dans le coin, mais soit. La main sur ses clés, prêt à démarrer le moteur à nouveau, dû décrocher la radio en s'en privant. Il appuya sur le gros bouton sur le coté de celle-ci et, telle une gâchette, un coup sourd se fit entendre. Celui-ci indiquait qu'il devait maintenant parler pour transmettre son message, qu'il était écouté par son informateur, la femme de la radio.

" Ici Jacamon, numéro de badge 23050 - 80, je suis pas loin de l'épicerie mais rien à signaler jusqu'à présent. Pas de véhicule officiel par ici. Vous avez une info ? "

Uliana attendait probablement comme lui la réponse de la radio. Les deux secondes suivant avaient l'air tellement longues que Viktor faillit bien transpirer, cette fois.

" 23050 - 80, non... désolé, rien du tout pour le moment. En fait, on nous répond plus. Vous avez carte blanche, on vous envoie des renforts. Terminé. "

Lorsqu'on lui parla de la fameuse carte blanche dont la police bénéficiait à peu près toujours en ce moment, le calme lui revint. Il ne risquait rien, rien du tout. L'homme qu'il était se croyait supérieur aux trois-quart de la ville pour des raisons qu'il ne connaissait probablement que lui seul. Quoi qu'il en soit, il avait confiance en lui et tira à nouveau cette grimace que l'on lui connaissait bien. Il se tourna vers Uliana et passa son regard de son jolis minois à la boîte à gant qu'elle avait en face d'elle.

" Y'a un cadeau pour toi si tu m'accompagnes. Si t'en veux pas, alors tu reste assise là bien gentiment pendant que je me charge tout, ok ? " lui proposa-t-il. Il s'agissait de son arme de service dont il ne s'équipait que très rarement. Son sourire carnassiers montrait qu'il n'avait que très peu à faire de qui tirait avec et qu'il s'en fichait éperdument d'être lui-même armé ou non.

Il dévisagea Uliana qui n'avait même pas encore ouvert l'emballage de son cadeau. " Alors ? "

Il ne pensait qu'à sauver ses frères d'armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Mar 17 Déc - 20:44

Sans me répondre, il décrocha la radio afin de contacter certainement la femme qui nous avait donné l'information. La réponse ne tarda pas mais ne nous aida pas plus que ça. Dû moins, pour moi. Avoir carte blanche, c'était bien trop vague. Comment savoir quelle sera la bonne marche à suivre ? Comment éviter une quelconque erreur ? Peut-être que je me posais trop de questions mais je ne voulais pas que ce sauvetage soit un échec. Enfin, si sauvetage il y aurait. J'étais tout de même là pour faire mes preuves, et voir également de quoi était capable Viktor. Après tout, si j'acceptais son arrangement, il faudrait que nous soyons un minimum efficaces sur le terrain.

Après avoir écouté la réponse émanant de la radio, Viktor resta silencieux pendant quelques secondes avant de se tourner vers moi et de poser ensuite son regard sur la boîte à gants, qui se situait juste sous mon nez. Vinrent ensuite ses paroles, qui me surprirent. Serait-il en train de me tendre une carotte pour me motiver ? Je n'avais pas besoin d'une quelconque récompense pour faire quelque chose. Je posais un regard suspicieux sur la boîte à gants, me demandant si elle n'avait pas un rôle à jouer dans cette histoire. Curieuse, je me penchais en avant pour ouvrir cette dernière. Evidemment, il n'y avait pas de mal à ça. Personne ne cachait des choses qui ne devraient pas être découvertes dans une boîte à gants alors tout allait bien, je n'étais pas impolis.

Je découvris que son arme de service s'y trouvait, parmi des choses en tout genre. Des choses que l'on met dans une boîte à gants. J'empoignais l'arme et la lui désigna.

- Tu parles de ça ? Je n'ai pas besoin d'arme pour me défendre m'empressais-je d'ajouter, afin de mettre les choses au clair.

D'autant plus que je ne ferais pas grand chose avec. Je ne savais même pas comment l'utiliser et pour ce qui était de bien viser, ce n'était pas mon fort. Je pense que je saurais me débrouiller en cas de danger. Et, en dernier recours, je ferais appelle à mes gènes mutantes. Même si ce n'était pas très judicieux de dévoiler cela à Viktor.

- Et puis, je ne pense pas que tu ais deux armes de service renchéris-je. Si ?

Il serait beaucoup plus raisonnable qu'il soit en possession de sa propre arme. Cela nous rendrait d'autant plus efficace : je serais dans mon environnement, enfin presque, et lui aussi. Et puis, l'idée de rester là, à attendre sagement que le travail soit fait ne me plaisais guère. Bien que je ne raffolais pas du danger, je ne pouvais décemment pas me contenter d'être passive. Non, il faut que je m'implique, quelque soit la situation et le danger présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Mer 18 Déc - 16:51

Viktor secoua la tête sans répondre et le regarda à nouveau avec sa grimace habituelle. Elle en posait des questions, hein ? Le policier n'avait pas tout son temps pour lui expliquer tout ce qu'il fallait savoir à son sujet. Et même s'il savait pertinemment qu'elle devrait apprendre certaines choses déconcertantes le concernant tôt ou tard, il préférait étrangement repousser ce moment au maximum. Il se résigna donc à attraper l'arme entre les mains de sa dite "partenaire" et le cala entre sa ceinture et son dos, le tout avant de se lever. Celui-ci claqua la porte de son véhicule derrière lui, s'imaginant que Uliana ferait de même et se mettrait à le suivre. Son badge bien au chaud dans sa main serrée, il se dirigea vers la porte de l'épicerie où la chasse commencerait.

Plus d'une minute entière de marche parût interminable étant donné les circonstances. C'était désastreux, il n'était pas difficile de s'imaginer l'un des officiers en dangers tabassé par la police se faire frapper une bonne dizaine de fois seulement pendant ce court trajet. Mais il s'agissait de pensées qu'il valait mieux éviter tant qu'ils n'avaient pas le dessus sur eux, qui qu'ils soient.

Ce fut un véritable soulagement que d'arriver à la porte d'entrée du lieu indiqué par l'annonce radio. Viktor regarda au dessus de son épaule et aperçu Uliana. Il lui fit un signe de tête sans véritable sens. Il fallait juste qu'elle soit prête, dieu seul sait à quoi. Pour sa part, il avait la tête haute, tenant fermement son arme de sa main droite, dans son dos, et étant prêt à montrer son badge.

Mais il fut étonné de voir que l'épicerie était prétendue fermée par le carton posé contre la vitre de la porte de verre. L'heure n'était pas propice à la fermeture ou à une pause quelconque. Les lumières étaient carrément éteinte à l'intérieur de la boutique. Il s'agirait presque d'un piège. Des renforts arrivaient et aucune information supplémentaire n'avait été trouvée. Il fallait agir.

Il brisa la vitre avec son coude et passa en criant "Police !" mais personne ne répondit. La musique allait fort, dans la cave, mais elle était étouffée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Dim 9 Fév - 8:26

Finalement, Viktor récupéra son arme avant de la coincer au niveau de sa ceinture, dans son dos. Il sortit rapidement du véhicule et je l’imitais. Le froid frappa de nouveau et un long frisson me parcourut. Qu’est-ce que  j’aimerais être près d’un bon feu ou dans un bain bien chaud ! Je jetais des coups d’œil aux alentours et remarquais que l’endroit  était désert. Si des violences avaient eu lieu ici quelques minutes plus tôt, il était normal que les quelques passants ne se soient pas attardés.

Mon compagnon pour cette journée ne s’attarda pas à regarder autour de lui et se dirigea directement vers l’épicerie en mauvais état. Sans m’attarder plus longtemps, je lui emboitais le pas, les yeux rivés sur l’épicerie. Qui sait ce qui se cachait à l’intérieur ? Mais peut-être que tout était déjà terminé, au vu de ce calme plus qu’étrange. Peut-être étaient-ils déjà partis, laissant les policiers se vider de leur sang. Cette image se matérialisa rapidement dans mon esprit, démontrant parfaitement l’horreur de la scène. Il n’y avait plus qu’à espérer que ce ne soit pas le cas.

Une fois arrivé devant la porte de l’épicerie, Viktor tournant la tête vers moi avant de me faire un signe, sûrement pour me dire de me tenir prête. J’hochais simplement la tête et il brisa la vitre afin de pénétrer dans le petit bâtiment. Enjambant les bouts de verre, je le suivis à l’intérieur. Comme je m’en étais doutée, les lieux étaient déserts. Quelques étagères étaient bancales et certains produits étaient tombés de leur piédestal.  Il y avait une porte au bout de la pièce, d’où émanait un bruit étouffé que je ne pourrais pas identifier. Peut-être étaient-ils cachés là-dedans.

Je me tournais vers Viktor, lui désignais la porte du menton et m’y approchais. Je n’avais aucune envie d’y foncer dedans, tête la première. Je préférais que ce soit le policier qui aille en premier. Et puis, c’était sûrement ce qu’il voulait lui. Mon rôle était de rester en arrière, sans pour autant ne pas participer à d’éventuels accrochages. Je n’allais tout de même pas laisser Viktor faire le sale boulot, d’autant plus que c’était dangereux.

Me positionnant à côté de la porte, légèrement collée au mur, je levais de nouveau les yeux sur mon camarade, attendant de voir quelle décision il allait prendre. Même si la situation était très étrange, il ne fallait pas perdre trop de temps à réfléchir. Des vies étaient en jeu après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Mer 12 Fév - 4:55

Viktor hocha la tête en observant son compagnon s'arrêter. En effet, il était plus sage de lui laisser les commandes. Non seulement il était officier enrôlé et formé mais, en plus, il était armé. Et dans ce genre de situation probablement dangereuse, il fallait admettre que ce n'était pas là un moindre détail. Le bruit sourd était en fait une musique. Les gens là-dessous faisaient aller leur son à fond, ce qui était assez difficile à interpréter. Il pouvaient parler librement avant de passer la porte, personne ne les entendrait, à priori... mais, étrangement, l'officier de police ne savait pas trop quoi dire à Uliana. Il était fort possible que l'instinct de survie était la seule source de bons conseils en ce moment précis.

Celui-ci indiqua d'ailleurs à l'homme de la situation qu'il fallait dégainer son arme. Il l'enleva donc de son dos, se rendant ainsi compte de l'inconfort que celle-ci lui procurait jusqu'alors. En effet, derrière cette porte attendaient des escaliers menant à la cave. Il s'agirait probablement d'une pièce ouverte où se trouvent les victimes laissées pour mortes... ou pire. Les agresseurs pourraient être là, prêts à leur lancer une embuscade. Dans ce cas, Viktor ne donnait pas cher de sa peau ou de celle de la fouineuse qu'était Uliana.

Il ouvrait la porte et s'engagea dans les escaliers. Une chance était que les marches ne grinçaient pas. La musique attaquait littéralement les oreilles du représentant de la loi. Une sorte de RAP aux lourdes basses qui allaient jusqu'à faire trembler la rampe de l'escalier dont Vikor, collé au mur et prêt à voir ce qu'il y avait dans la pièce qu'il allait découvrir, s'écartait au maximum. Il s'arrêta après quelque chose comme trois pas et fit signe à sa recrue de s'arrêter. Il fallait qu'ils entrent là dedans l'un après l'autre. Ainsi, s'il devait lui arriver quelque chose, elle pourrait prendre ses jambes à son cou.

Il reprit la marche une fois assuré qu'elle attendrait avant de dévaler les marches de l'escalier. Le tout sans savoir que dans cette pièce l'attendaient fournitures diverses, les réserves du magasin et l'énorme coffre fort de celui-ci... ce qui est assez étrange pour une simple épicerie. Le pire était tout de même la demi-douzaine de squatteurs parlant uniquement le russe qui tentaient, silencieusement, d'ouvrir la boîte de métal tout en forçant l'humble épicier à garder son calme. Il est couvert d'hématomes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Mer 12 Fév - 7:10

Une fois à ma hauteur, Viktor dégaina son arme et ouvrit la porte, sur ces gardes. Cette dernière donnait accès à des escaliers qui menaient très certainement à une cave, où le commerçant devait entreposer ses stocks. La musique s’insinua également dans la pièce, brisant presque mes tympans. Le genre de musique qui ne ressemblait à rien pour mes oreilles et qui faisait trembler les murs. Pourquoi avoir mit la musique aussi forte ? Qu’est-ce qu’il pouvait bien se tramer là-dessous ? C’était vraiment glauque. On pourrait presque retrouver une sorte bande de fanatiques faisant un drôle de rituel vaudou.

Mon camarade s’engagea dans l’escalier, à tâtons, prêt à brandir son arme au moins bruit suspect. Même si ça allait être difficile d’entendre quoique ce soit avec cette musique. C’était peut-être pour ça qu’elle était là. A mon tour, je le suivis, posant délicatement mes pieds sur chacune des marches. Je me rappelais avoir déjà fait ça un nombre incalculable de fois quand j’étais plus jeune, lorsque je voulais regarder la télévision en douce. Avec Eva. Ce n’était franchement pas le moment pour penser à elle, à moins qu’il faille que je me mette en rogne.

Soudain, Viktor s’arrêta, m’extirpant par la même occasion de mes pensées et me fit signe de l’imiter, ce que je fis sans poser de questions. Visiblement, il voulait que j’attende ici, le temps qu’il aille jeter un coup d’œil à ce qui les attendait au bas des escaliers. Il reprit ensuite la marche et finit pas passer la dernière marche. J’aurais bien aimé le suivre mais apparemment, il savait ce qu’il faisait. Néanmoins, si un danger se présenterait, je mettrais moins de temps à réagir à la vue de la distance qui nous séparait. Question sécurité, ce n’était pas le top en somme.

Il finit par disparaître sur la droite, qui donnait certainement accès à la pièce d’où provenait tout ce raffut. J’avançais de quelques pas, tentant d’entendre quelque chose mais c’était impossible avec ce bruit. Je m’arrêtais à l’avant dernière marche, tentant de voir quelque chose mais seul le mur s’offrait à ma vue. Bon, même si ça ne faisait même pas une minute qu’il s’était éloigné, si dans les dix secondes suivantes il ne se pointait pas, j’interviendrais à mon tour. Tous mes muscles étaient tendus et mes sens en éveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Jeu 13 Fév - 16:36

La musique battait son plein. L'ambiance changea du tout au tout alors que Viktor comprenait plus ou moins ce que tramaient les inconnus. Ils étaient plus que lui et Uliana, c'était certain. Mais la chance était de leur coté, aucun d'entre eux n'était armé et ils tenaient pour la plupart pour leurs vies. Une fois l'arme du policier brandie, un sentiment de terreur apparut dans chacun de leurs yeux. Si bien que chacun d'entre eux s'écarta de peur, se collant au coffre fort et au mur contre lequel il était rangé.

L'arme à la main, le contrôle de la situation dans le canon, l'officier pouvait inspecter chaque visage, chaque regard. Le sien, caché par ses lunettes presque opaques, allait de droite à gauche, observant chacun des individus présent. Ceux-ci, comme lui, attendaient que quelque chose arrive, qu'un événement chamboule tout. Contrairement à eux, Viktor ne semblait pas savoir ce qu'il devait attendre. Ses nerfs devinrent fous alors que le silence inconfortable s'installait. Mais les bruits de pas dans l'escalier signifiait qu'Uliana, à son tour, arrivait. Le silence serait alors rompu.

La musique, toujours aussi forte, sonnait tel un bruit de fond tant le policier en avait détourné son attention. Mais, dans un élan de lucidité, il se laissa taper à nouveau par ce RAP frénétique et déjanté. Non pas qu'il aie quoi que ce soit contre ce genre de musique. Mais l'artiste lui est complètement inconnu. De plus, le russe, aux oreilles du détective, est une langue non approprié pour ce générique musical. Quoi qu'il en soit, il leva sa main libre, le doigt pointé en direction du criminel le plus proche de la radio, pour lui faire signe de l'éteindre.

Une fois le silence rétablit, Viktor Jacamon récupéra sa sérénité et son calme légendaire. Les tremblements de ses ennemis, non-armés, n'en furent que plus forts et plus visibles.

En russe, il leur lança :

" Lâchez l'épicier. " qu'il avait reconnu car, comme tout le monde dans cette ville, il le connaissait plu ou moins. " Laissez-le s'en aller. "

Cela parut leurs prendre plus longtemps que ça n'en prenait véritablement mais ils obéirent, et leur victime s'en alla. Grimpa les escaliers, bousculant la partenaire du policier, le tout sans même un "merci". Viktor sourit de contentement et s'adressa enfin à mademoiselle Kourine, en finlandais cette fois :

" Je comprends pas, pas de policiers ici... on dirait qu'on est à coté de la plaque. " lui fit-il en se passant la main dans les cheveux.

Il ne savait pas, et Uliana non plus, que les événements se déroulant ici avaient bel et bien un lien avec l'affaire citée à la radio. Ils n'avaient pas la moindre idée de ce qui les attendaient alors que les renforts arrivaient maintenant sur les lieux.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Jeu 13 Fév - 17:36

La voix de Viktor s’éleva alors, ordonnant que l’épicier soit relâché. Ils étaient donc plusieurs et tenaient ce dernier en otage. Néanmoins, l’ordre de Viktor laissait entendre qu’il avait le dessus. Certainement parce qu’il avait sortit son arme. Quelques secondes après, l’épicier apparut dans mon champ de vision, affolé, et me bouscula sans aucune gêne avant de regagner l’étage. Quelle gratitude ! A croire qu’un sourire de remerciement lui écorcherait le visage. Il pourrait même nous faire quelques réductions, je ne serais pas contre.

Je finis par rejoindre mon camarade dans la pièce pas très bien éclairée et où la musique se trouvait bien plus forte que l’escalier. Je ne pus m’empêcher de grimacer face au volume et toisais les six personnes entassés dans le fond de la pièce, visiblement paniqués que le policier les tienne en joue. Comme venait de le souligner ce dernier, aucun signe de vie des autres policiers. Seule une boîte de métal, cachée derrière quelques uns des squatteurs, attira mon attention. Une sorte de coffre fort ?

« - Ils les ont peut-être emmené ailleurs suggérais-je en détaillant la pièce. »

Néanmoins, aucune porte ou autre passager n’étaient à l’appel. Si des policiers avaient bel et bien été là et qu’ils les avaient emmené plus loin d’ici, ils devaient être certainement très rapides. A moins que Viktor ait raison et que l’on soit complètement à côté de la plaque. L’information donnée était-elle donc fausse ? Tout de même, ce que fabriquait cette bande ici était étrange. J’essayais de me donner un air menaçant afin de décourager encore plus nos adversaires à tenter de riposter. Ils étaient nombreux et malgré l’atout que possédait Viktor, je doute que nous puissions sortir d »une confrontation sans une égratignure. D’autant plus qu’ils pouvaient très bien possédés des gênes mutantes. En somme, on pouvait s’attendre à tout.

« - Qu’est-ce qu’on fait alors ? Et cette boîte ? »

J’aurais bien voulu jeter un coup d’œil à cette dernière mais je préférais néanmoins connaître l’avis de Viktor. Après tout, c’était lui qui dirigeait l’opération. Une opération qui ne se déroulait pas du tout comme prévu. Mes yeux se posèrent un à un sur ceux qui nous faisaient face, espérant trouver des réponses sur leur visage déformés par la panique. Mais, évidement, je ne trouvais rien de tel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Ven 14 Fév - 4:58

Alors que Viktor réfléchissait à la réponse qu'il donnerait à sa partenaire, complète novice dans ce qui est d'entrer dans une propriété privée sans permis de quoi que ce soit, maints bruits de pas se firent entendre au rez-de-chaussée (au dessus de leurs têtes, donc). Il allait lui expliquer qu'ils n'avaient probablement pas le droit d'ouvrir quoi que ce soit qui appartiennent à l'épicerie et à l'épicier sans permission, sans mandat, et qu'ils avaient déjà dépassé de loin ce qu'ils étaient sensés pouvoir faire sans passer par la paperasse. Elle lui demanderait probablement ce que signifiait la "carte blanche" énoncée à la radio... dans ce cas, il aurait du lui expliquer que ceci signifiait que...

Des bruits de pas dans les escaliers l'interrompirent. Ces pas devinrent des pieds, puis des jambes puis des personnes en uniformes. Des personnages inconnus à Viktor qui ne connaissaient plus tout le monde depuis un moment déjà, bien que l'un ou l'autre de leurs visages lui rappelaient vaguement quelque chose. Visiblement, les premiers descendus, assez jeunes, avaient l'air surpris de voir ce qui semblait être une prise d'otage.

" Vous êtes l'inspecteur Jacamon ? " demanda-t-il, la main pourtant prête à dégainer.

Le prétendu inspecteur dévisagea le jeune garçon, la lèvre légèrement levée en coin pour tenter une grimace de dégout. " Était-ce donc cela les "renforts" ? On avait pas mieux ? Vraiment ? " avait-il l'air de penser. Mais il reprit rapidement son sérieux. Les six russes qui avaient maintenant les mains levées n'étant plus un danger, il baissa son arme et la replaça derrière son dos, se rendant douloureusement compte de l'inconfort que cela lui procurait.

" C'est bien moi. " fit-il, avant de désigner d'un vague geste Uliana. " Je vous présente... Uliana, une touriste. " fit-il. Il s'agissait d'une sorte de surnom que l'on donnait aux journalistes, mercenaires et autres personnages inhabituels s'intégrant étrangement dans les rangs de la police ces derniers temps. Le jeune bleu hocha la tête et serra la main de la partenaire de Viktor.

" Qu'est-ce qui se passe ici ? " lui demanda-t-il maintenant. Décidément curieux, mais on ne pouvait lui en vouloir.

" Franchement, j'en sais rien, ils avaient séquestré l'épicier ici en bas et avaient l'air d'en vouloir au coffre. Je sais pas ce qu'ils voulaient mais le fait qu'ils soient six m'intrigue beaucoup... de plus, on a toujours des gens à nous qui sont perdus dehors. " répondit-il en se grattant la nuque.

Il releva ses lunettes le long de son nez ensuite et pensa à l'envie qu'il avait de s'allumer une cigarette. Conduire comme il l'avait fait jusqu'ici et entrer, gérer cette situation lui avait permis d'évacuer une bonne partie du stress, mais malgré tout... il avait vraiment besoin d'une cigarette. C'est en tapotant sa ceinture qu'il dévisageait l'officier en uniforme, pâle comme un mort, tandis que celui-ci tentait d'arriver à une conclusion intelligente. Il semblait être au commandement du reste des hommes déployés, c'était donc quelqu'un d'assez important malgré son jeune arme. Car oui, il était cinq, peut-être plus, à être arrivé sur les lieux.

" L'inspecteur Jacamon " jeta un regard las en direction de sa partenaire, la fouineuse, et cita presque ses pensées de tout à l'heure alors qu'il reprenait la parole :

" Il serait peut-être bon de faire ouvrir ce coffre histoire de savoir ce qu'il cache. Quant à nos hommes disparus, on est bien assez à nous tous pour quadriller la zone. Mais vu l'ampleur de la chose, nous devrions rester sur nos gardes, nous le ferions donc bien au chaud... à l'intérieur de nos véhicules et, si possible, sous la forme d'un cortège. On a quoi... trois véhicules ? "

Le blanc-bec semblait proche d'éclater de rire. Il posa le bout des doigts de sa main droite sur sa poitrine et tira un grand sourire tandis que ses hommes s'occupaient de faire monter les russes maîtrisés. Ayant visiblement retrouvé ses esprits, il semblait plus pâle alors tant ses joues devinrent rouges, les paroles de Viktor l'ayant probablement mit de bonne humeur.

" Désolé mon vieux mais c'est moi qui dirige ici. On va effectivement inspecter les lieux... on va interroger chacun des russes et l'épicier lui-même. Quant à l'affaire des nos compères disparus, ils vont bien. "

" Ils vont bien... " répéta Viktor, les yeux plissés, les sourcils froncés. Malgré qu'il s'agissait là d'une bonne nouvelle, cela n'avait rien de bon aux oreilles de Viktor. Ce pâlot faisait son travail, tout sourire et condescendant comme si rien ne s'était passé dans le coin. De plus, il ne s'expliquait pas plus quant à la situation de leurs collègues respectifs. " Bien, bien... je vais prendre un café, du coup... je suppose que tu as tout sous contrôle, mister.... ? "

" Agent Laine. " l'éclaircit-il sans rien ajouter. L'officier, l'inspecteur, l'agent Jacamon, pour sa part, fit signe à Uliana qu'il montait et qu'elle ferait mieux de le suite. Direction : son véhicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Dim 16 Fév - 9:11

S’apprêtant à me répondre, Viktor fut interrompu par des bruits de pas qui émanaient de l’étage supérieur pour venir se glisser dans l’escalier. C’était certainement les renforts qui devaient nous être envoyés. Plusieurs policiers rejoignirent donc la pièce et un deux s’arrêta devant Viktor. Le danger était visiblement écarté. Le jeune homme qui s’était arrêté devant Viktor demanda la confirmation de son identité. Apparemment, c’était lui qui dirigeait cette petite équipe. J’avais beau ne pas m’y connaître, certains signes ne trompaient pas.

Viktor ne sembla pas très heureux de ses renforts, à la vue de la grimace qui déformait sa figure. Néanmoins, la discussion reprit entre les deux hommes, où on me présenta en temps que « touriste ». Touriste ? Bah, après tout, Viktor savait ce qu’il faisait. La situation fut rapidement expliquée tandis que les autres policiers emmenaient les squatteurs à l’étage afin de les embarquer. Je les écoutais attentivement, ne ratant aucune expression qui avait la possibilité de passer sur leur visage. D’après les dire de cet agent Laine, nous n’avions plus rien à faire ici. Alors c’était comme ça ? On s’occupait de trouver les problèmes mais pour ce qui était d’analyser le fond de l’affaire, on était inutiles ? Et ce jeune policier ne semblait pas vouloir jeter un coup d’œil sur ce que la boîte pouvait contenir. Et les policiers recherchés qui sont soudainement sain et sauf. Cela devait de plus en plus louche.

Se résignant à laisser les reines à cet agent, Viktor me fit signe de le suivre, remontant ainsi les escaliers. Je jetais un dernier coup d’œil à Laine, qui affichait un sourire victorieux, avant de revenir parmi les étagères de l’épicerie. Les gyrophares des voitures de police qui se trouvaient illuminaient les lieux. Une fois sortit du bâtiment, Viktor se dirigea vers son véhicule. Je regardais quelques instants ses camarades faire rentrer les russes dans leurs voitures avant de le suivre. Installée sur le siège passager, je me retournais alors vers Viktor.

« - Tu ne trouve pas ça un peu bizarre ? Je le sens mal, cet "agent Laine". »

J’observais les alentours à travers la vitre, réfléchissant à l’endroit où pouvait bien se trouver les policiers disparus. S’ils allaient bien, comme il l’avait si bien dit, il nous aurait certainement fait part du lieu. C’était quelque chose de normal lorsque l’on cherchait quelqu’un. Je ne voyais pas trop les raisons pour lesquelles il nous aurait menti mais qu’importe, pour moi, il l’avait fait. Mon intuition ne me trompait que très rarement et c’était sur ce que je me baisais le plus.

« - A mon avis, les policiers que l’on est venu secourir ne vont pas si bien qu'il le prétend terminais-je, lui exposant ainsi le fond de ma pensée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Lun 17 Fév - 17:58

Viktor hocha la tête à plusieurs reprises alors qu'il faisait tourner la clé et démarrait le moteur de son véhicule. Les vitres de celui-ci s'étaient vêtues d'une buée épaisse et persistante qui ne désirait pas partir, on dirait. La différence de température entre l'intérieur et l'extérieur avait cet effet, ils étaient là comme dans un four à microonde, sans grande visibilité sur l'extérieur. Il hocha à nouveau la tête en se frottant les mains pour les réchauffer lorsqu'elle émit son doute sur les policiers en danger.

" Je pense pareil. " fit-il simplement, sans trop savoir quoi faire.

Soucieux de ne pas oublier le nom de ce fameux agent étrangement louche, Viktor attrapa un carnet qui gisait sur la banquette arrière, au milieu d'autres affaires plus ou moins utiles telles que des couvertures, une paire de chaussure, des revues, une paire de menotte (celle-ci bien cachée) et de la paperasse sur laquelle il devait travailler. Un stylo à plume y était accroché, ainsi put-il écrire son nom dedans, sur une page choisie au hasard. Il balança ensuite le carnet à nouveau sur la banquette arrière.

Il réfléchit un moment aux différentes possibilités qui s'offraient au duo du jour. La soirée commençait et, d'ici une vingtaine de minutes, la nuit serait tombée. Il commençait franchement à avoir faim, mais la disparition de ses collègues l'immobilisait. Il s'en voudrait trop d'aller manger un bout quand eux étaient à la merci de ce qu'il considérait comme l'ennemi. Le chasseur qui était en lui voulait partir, tracer le déplacement de ses collègues et de ceux qui les avaient emmené. Mais la piste était trop maigre et ce, malgré tout ce que Viktor pensait faire.

Il lui faudrait continuer seul. C'est ce qu'il pensait. Il avait traîné Uliana derrière-lui pendant tout ce temps, aujourd'hui. Sans même qu'elle soit sure de vouloir faire ce qu'ils faisaient. Il ne désirait pas la mettre dans plus de danger. Il ne désirait pas non plus qu'elle voit à quel point son travail pouvait ne pas sembler professionnel. Car la suite des opération allait être des plus amatrice. Il allait sortir et se fier à son instinct seul. Sans rendre de compte à quelconque autorité, il poursuivrait les délinquants et délivrerait ses compagnons de leur emprise. C'était décidé.

Son ventre gargouilla et il le couvrit de sa main.

" Que penses-tu que l'on devrait faire ? " lui souffla-t-il. Il ne pouvait s'empêcher d'afficher une grimace d'inquiétude mêlée à une rage contenu. Il espérait qu'Uliana ne le note pas même s'il savait que c'était là peine perdue.

" La nuit va bientôt tomber. " ajouta-t-il.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Lun 17 Fév - 18:36

Après lui avoir exposé mon point de vue, il finit par m’avouer être sur la même longueur d’onde. Il récupéra ensuite un carnet dans le bazar qui traînait sur la banquette arrière afin d’y griffonner quelque chose et de remettre l’objet et sa place. Je ne m’interrogeais pas plus longtemps sur ce qu’il venait de faire. Peut-être écrivait-il des notes pour lui-même. Le silence tomba alors dans l’habitacle, seulement perturbé par le moteur de l’engin et un gargouillis venant de Viktor. Ou plutôt de son ventre. Il se faisait tard.

Ce que l’on devrait faire ? Il me prenait au dépourvut là. Je n’avais aucune idée pour ce qui était de la marche à suivre. D’autant plus que nous ne disposions d’aucune piste. C’était comme chercher une aiguille dans une meule de foin sans savoir quelle meule. Peut-être qu’en suivant les « renforts »… Non, ils ne seraient pas idiots au point de nous mener là où se trouvaient les policiers. Alors quoi ? Fouiller les rues au hasard, sans aucune certitude de les trouver à tel ou tel endroit ? Et, comme Viktor l’avait souligné, la nuit allait bientôt tomber. Visiblement, nous étions face à une impasse. Mais quoi, il fallait donc les laisser à un sort que l’on ignorait ? Qui sait ce qu’ils étaient en train de subir actuellement ou dans quel pétrin ils avaient bien pu se fourrer.

« - Je ne sais pas du tout finis-je par dire. On n’a aucune piste. Mais on pourrait toujours fouiller les environs. Ou alors suivre les autres, même si je doute qu’ils nous emmènent à l’endroit où les policiers se trouvent. »

Mes réflexions me firent froncer les sourcils. Si seulement on avait quelque chose en plus qui nous mènerait sur leur piste. L’idée de rentrer chez moi en ayant rien pu faire pour eux me rechignait au plus haut point. Leurs vies tenaient peut-être sur nos épaules respectives. Je frissonnais à l’idée d’avoir leur mort sur la conscience. Si jamais ils étaient découverts, évidemment. Dans tous les cas, c’était une situation des plus délicate.

« - Je me fiche pas mal à l’heure à laquelle je pourrais rentrer ajoutais-je, lui montrant que je pouvais y passer la nuit s’il le fallait. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Mar 18 Fév - 0:08

" Dans ce cas, passons pour un café. Tu bois du café ? " demanda-t-il, un peu réconforté à l'idée de ne pas passer la nuit seul avec ses inquiétudes.

Il grimaça alors qu'il se retira difficilement l'arme qu'il avait rangé dans son dos et sur laquelle il était assit depuis tout à l'heure. Il la tendit à sa partenaire du jour pour que celle-ci la range dans la boîte à gant, sans rien ajouter d'autre. Il avait bien envie d'une cigarette, mais y penser là, maintenant, lui donnait une forte envie de tousser. Pouvant cela-dit la contenir, il réfléchit à ralentir sur la cigarette et à compense ce manque par du café. Du café du café du café.

Le moteur gronda alors que les deux patrouilleurs se mettaient en route. Ils furent malheureusement coupé dans leur élan par un feu rouge, et d'autre s'arrêtèrent d'ailleurs de part et d'autres de la voiture de police. Cela faisait du bien de réaliser que d'autres vivaient dans cette ville, pour Viktor. Car il sentait parfois qu'il était seul au milieu d'un chaos des plus violent et son anxiété grandissait jour et nuit, jusqu'à l'affecter au niveau de sa santé. Il le savait, tandis qu'il tapotait frénétiquement son genoux de sa main inoccupée.

Il préféra changer d'idée et penser à ce qu'ils feraient pour trouver leurs compagnons. Sans équipe ni quelque information que ce soit, il s'agissait là d'un véritable challenge. Sans êtres sûrs de pouvoir accomplir cette tâche complexe, ils allaient tout de même se lancer dans l'arène à bras le corps. Et bien que les obstacles devant eux semblaient impressionnants, il fallait qu'ils s'organisent.

Il commença, alors que la feu avait tourné au verre et qu'ils avaient repris la route, à lancer des regards furtifs en direction de la radio, silencieuse. Il avait bien envie de demander ce qu'il en est de leurs compères perdus ou, en tout cas, ce qu'il en a été. Mais il n'avait pas envie de se faire griller par l'agent Laine qui, bien que jeune, ne semblait pas être des plus rigolos. Il n'avait franchement pas envie de traiter avec lui.

" Je t'avoue que je ne sais pas comment organiser tout ça, un bon café me fera beaucoup de bien. Des idées ? "

Il consultait Uliana pour lui donner la confiance qui pouvait lui manquer. Elle lui était assez difficile à sonder et, malgré toutes les bonnes intentions qu'elle avait, il désirait en savoir plus sur ses capacité. Ceci, sans avoir à -pour l'instant- lui poser des questions trop personnelles. Tout deux s'en étaient pour l'instant abstenus et ça paraissait les convenir. Viktor ne désirait pas tout chambouler. Café Café Café !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Mar 18 Fév - 14:09

Récupérant son arme, je la rangeais à sa place initiale en hochant la tête affirmativement afin de répondre à sa question. Du café ne serait pas de trop, en effet. C’était toujours un plus pour ce qui nous attendait. Même si je pouvais m’en passer. Je n’avais jamais eu vraiment de mal à rester éveillée et active lorsque j’étais plongée dans une tâche intéressante. Et là, c’était plus qu’une simple tâche intéressante. Viktor finit par appuyer sur l’accélérateur, nous éloignant ainsi de l’épicerie. A travers la vitre embuée, je ne pouvais distinguer que des formes floues et foncées.

De nouveau une question de la part de mon camarade. Visiblement, il n’était pas habitué à ce genre de situations. Mais je l’étais encore moins. Il fallait tout de même que l’on ait une certaine marche à suivre. Déjà, on allait prendre un café. Et ensuite ? On attendrait qu’une information nous tombe du ciel ? Si c’était vraiment possible, ce serait une bonne solution mais là… Non, il fallait rester un minimum réaliste. Mais dans ce cas là, je ne voyais aucune issue, à part avancer à l’aveuglette.
Soupirant bruyamment face à cette incapacité à entreprendre quoique ce soit, je laissais ma tête glisser sur le côté, m’appuyant ainsi sur la vitre couverte de buée.

« - Je ne vois pas trop non plus. Peut-être qu’après avoir bu un café, on aura les idées plus claires. »

Je me décourageais moi-même, génial. Et en réalité, je ne comptais pas tellement sur le café.

« - Et si l’on tentait de s’informer sur les policiers que nous recherchons ? proposais-je soudainement. Qui sait, peut-être que l’on apprendrait quelque chose qui nous permettrait de remonter leur piste. Ou interroger des personnes près de l’épicerie qui auraient peut-être vu ou entendu quelque chose. »

Même si c’était des pistes en plus, rien n’était sûr qu’elles nous permettraient d’avancer dans nos recherches. De simples suppositions en somme. C’était ça ou rien de toute manière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Mar 18 Fév - 17:24

Viktor avait pensé à la possibilité de faire une enquête au cours de la nuit. Mais il pensait sincèrement que cela serait très difficile. Les gens fréquentant les rues de Baïmak pendant la nuit, surtout dans des coins "vides" tels que celui de l'épicerie, n'étaient en général pas très fréquentables. Il s'agissait de semeurs de troubles venant du sud comme du nord et qui tentaient, plus ou moins à succès, de pourrir cette partie-ci de la ville aussi. Malgré tout le travail et la motivation des différentes unités de police, seul les anciens endroits touristiques peuvent faire office de lieu sûr, étroitement surveillés par les autorités.

Las de laisser Uliana dans le doute en ne lui apportant pas de réponse, Viktor lui répondit alors qu'il se garait en face du café : " Aller sur le terrain est effectivement l'une des seules options qu'on aie. Mais il faut être prêt à y aller à l'aveuglette. C'est plus difficile qu'il n'y parait. " lui fit-il, éteignant le moteur du véhicule. Par "aller à l'aveuglette", il ne désignait pas seulement le manque de lumière mais aussi le manque de traces, de pistes. Ils erreraient dans les rues en attrapant le peu de passant qu'ils trouveraient et les interrogeraient. Cela paraissait bien maigre.

Le café (le lieu, pas la boisson) était assez inspirant pour le détective. Alors que sa partenaire et lui s'apprêtaient à descendre de la voiture, celui-ci attrapa son téléphone portable.

" Ma secrétaire, elle passe la nuit au bureau pour de la paperasse. C'est un coup de chance, je pense. " lui dit-il. En effet, il avait sa propre secrétaire, même si elle travaillait soit disant pour tout le monde dans le commissariat, elle lui était complètement dévoué. Surtout depuis qu'il avait signifié son véritable retour dans les rangs de police. C'était quelque chose de rare que de pouvoir appeler quelqu'un qui ne portait pas l'uniforme dans ce genre de branches. Et dans ce genre de moments, où l'on se rendait compte que l'uniforme ne valait pas toujours grand chose, ça en était d'autant plus précieux.

Il avait vraiment envie d'un café, de manger quelque chose, mais cet appel était prioritaire. Il abandonna sa partenaire du jour du regard alors que le téléphone sonnait de l'autre coté de la ligne. Une voix qu'il reconnut tout de suite répondit, fatiguée. " Bureau du détective Jacamon. Celui-ci est absent, réessayez demain ma... "

" C'est moi. " l'interrompit-il. " J'ai besoin de toi, Sofia. Tu pourrais regarder ce que tu as sur l'agent Laine ? " demanda-t-il pour commencer.

Un silence lourd prit place sur la ligne silencieuse. Sa secrétaire ne semblait pas être sûre de ce que voulait Viktor.

" Un problème avec un collègue ? " réagit-elle avec ironie. Mais elle n'avait pas l'air à l'aise du tout. " Je vais voir ce que je peux faire. "

" Attends. " il savait qu'elle allait raccrocher tout de suite, grâce à la fragilité de sa voix. " J'aurais besoin que tu m'en dise plus sur l'accident de l'épicerie d'aujourd'hui. Deux de nos collègues y ont eu des problèmes. Je voudrais leurs noms et, en fait, tout ce que tu trouveras. "

Elle raccrocha. Le policier plissa les yeux en observant l'écran de son portable. Une sensation étrange le parcourait. Il avait eu l'impression qu'elle hochait la tête, qu'elle savait pourquoi il cherchait à savoir tout ça. L'impression qu'il était le seul à ne pas savoir quelque chose lui déplaisait grandement, si bien qu'une cigarette lui était désormais nécessaire. Viktor ne désirait pas perdre ses moyens, pas aujourd'hui. Il comptait donc beaucoup sur Sofia.

Il se retourna et ferma la porte, laissant son téléphone à l'intérieur de la cabine du véhicule.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Jeu 20 Fév - 12:43

Difficile, ça, je n’en avais pas le moindre doute. Il arrêta finalement la voiture devant, à ce que je pouvais distinguer, une petite enseigne faisant office de café. La buée s’était quelque peu dissipée mais les formes dehors restaient tout de même assez floues. Posant la main sur la poignée de la portière, je m’apprêtais à sortir quand Viktor attrapa son téléphone, m’indiquant que sa secrétaire passait actuellement la nuit au bureau. Un coup de chance en effet. Ce sera beaucoup plus simple pour obtenir les informations dont nous avions besoin. Cette femme devait avoir du courage, de passer la nuit au bureau. Mais d’un côté, je l’enviais un peu. Nous, nous risquions d’affronter le froid. J’aurais préféré être au chaud.

Je laissais Viktor discuter avec elle et sortit de la voiture pour commencer à me diriger vers le café. Quelques voitures passaient sur la route mais à part ça, la rue était des plus silencieuse. Je tentais de cacher mon visage dans mon col roulé, en vain. La morsure du froid ne se frit pas prier pour prendre d’assaut mon visage. Et si je mettais une cagoule la prochaine fois ?

Arrivée devant la porte du café, je me retournais pour constater que Viktor était sortit de son véhicule et s’approchait de moi. Je poussais donc la porte d’entrée et allais m’asseoir à une table de libre, pour deux personnes. Pas plus d’une quinzaine de personnes se trouvaient dans la pièce, toutes plongées dans leurs discussions. Une fois assise, je retirais mon manteau. Le chauffage fonctionnait. Normal.

« - On peut faire confiance à ta secrétaire ? demandais-je alors à mon camarade. »

Sait-on jamais à ce que l’idée de contacter l’agent Laine lui vienne à l’esprit. Et puis, je ne la connaissais pas, il était donc normal que je me pose la question. Je commandais deux cafés auprès du serveur et reportais mon attention sur ce qui se passait dehors. Même si cette Sofia, comme il l’avait appelé, ne m’inspirais guère confiance, j’espérais qu’elle déniche quelques informations qui pourraient nous être utiles. Sinon, on risquerait de bien ramer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Jeu 20 Fév - 21:49

Uliana et Viktor retirèrent leurs vestes, un serveur au visage boutonneux du café les avait repéré... la soirée, la nuit, recommençait à ressembler à quelque chose de normal, commun. La pensée d'un café bien chaud et revigorant continuait de réconforter le policier qui, malgré les quelques pas en avant, restait toujours relativement perdu.

" Si je ne peux pas lui faire confiance, alors je ne peux faire confiance en personne. " fit-il. Effectivement, il ne connaissait pas Sofia depuis extrêmement longtemps mais il avait déjà passé l'une ou l'autre crise à ses cotés. Celle-ci l'avait aidé lors de son retour dans les rangs, lorsqu'il remit (plus ou moins) l'uniforme, et toujours après. Viktor n'avait jamais eu de doutes vis-à-vis d'elle. Il lui paraissait impossible qu'elle lui fasse faux bond.

Malgré qu'il aie les compétences et les relations nécessaires pour lui trouver une meilleure place dans le commissariat, il n'a jamais pu s'y résoudre. Elle travaillait si bien pour lui, lui avait tant facilité les choses, et ce à plusieurs reprises, qu'il ne désirait en aucun cas devoir avoir à trouver quelqu'un pour la remplacer. Mais alors que le serveur venait prendre leur commande, il réfléchissait à la possibilité de changer de secrétaire et ainsi la récompenser pour tout ses bons et loyaux services.

" Qu'est-ce que ce sera ? " leur demanda le jeune homme, visiblement détendu et pas du tout stressé par son travail. Au moins avait-il cette chance.

Viktor leva les yeux vers Uliana et la laissa parler en première. Il la suivit en demandant un café noir et une tartine jambon-fromage... il lui fallait remplir son ventre. Le serveur s'en alla sans attendre quoi que ce soit de plus de leur part. Le détective pensa à s'allumer une cigarette, mais il se contenta de taper la table des doigts.

" Alors cette journée ? Satisfaisante ? " demanda-t-il à sa partenaire, un sourire jusqu'aux oreilles. Tout autant que le café, le fait d'être assit pour manger plutôt que pour conduire avait un sérieux effet sur son humeur et ses pensées. Le brouhaha que faisait les autres client, lui aussi, lui procurait un certain réconfort.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Ven 21 Fév - 18:03

Si j’étais satisfaite ? Jusqu’à maintenant, je ne m’étais pas poser la question. Et pourtant, elle n’en était pas moins cruciale. Après tout, cette journée avait eu pour but de me donner l’eau à la bouche, si on pouvait dire ça comme ça. Qu’en était-il donc réellement ? Je ne m’étais pas ennuyée mais avais-je réellement appris des choses importantes aujourd’hui ? Je n’en avais pas l’impression. Dû moins, je n’avais pas vraiment matière à rédiger un article. Nous n’avions pas réussis à mettre la main sur ce voleur dans les boutiques et maintenant, nous étions presque face à une impasse pour retrouver des policiers. Ce deuxième cas n’était néanmoins pas terminé et si jamais nous obtenions de quoi avancer, je pourrais certainement écrire des choses intéressantes. Comme quoi, certains policiers ne méritent pas de porter l’uniforme. Mais rien sur les gangs qui sévissaient en ville ou d’autres secrets certainement bien jalousement garder.

« - Je le saurais quand on en aura terminé, ou non, avec cette affaire expliquais-je à l’intention de Viktor. Mais cette journée a été bien mouvementée, aucun doute là-dessus. »

Je ne voulais pas encore me prononcé sur l’arrangement qu’il m’avait proposé. Pour l’instant, je restais toujours indécise. Certes, l’aider sur le terrain me serait très utile pour obtenir des informations. Les gens devaient certainement être plus bavards lorsque l’on passait pour un flic, ou même que l’on avait un lien avec eux. Mais je voulais tout de même avoir une certaine liberté d’action. Les deux ne pouvaient décemment pas cohabiter. J’avais besoin de plus de temps pour réfléchir à ce sujet.

« - Et toi, qu’en as-tu pensé ? »

J’étais curieuse de connaître l’opinion du policier à ce sujet. Histoire de voir si j’avais été efficace ou non, ou même s’il n’avait pas changé de position par rapport à sa proposition. Et puis, en attendant que sa secrétaire nous trouve des informations, il fallait bien tuer le temps qu’une quelconque manière. La dialogue me paraissait être la meilleure solution, à côté de profiter de notre tasse de café bien sûr. En parlant du loup, le serveur revint avec ce que nos avions commandé et je pus donc me réchauffer comme il se devait. La tasse était chaude, mes mains y restèrent collées afin que le peu de chaleur se communique dans mes autres membres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Sam 22 Fév - 21:39

" Je pense qu'on nous en fait voir de toutes les couleurs. " fit-il en portant sa tasse de café à ses lèvres. Celui-ci était bien chaud, si bien qu'il n'en but qu'une minuscule gorgée de peur de se brûler la langue comme un enfant. Il commença ensuite à manger sa grande tartine qui lui parut être le met le plus exquis du monde mondial.

Les deux détectives plus ou moins expérimentés réfléchissaient en silence autour de la table, sans s'adresser la parole pendant quelques minutes. Chacun pensait probablement à sa propre théorie sur ce qui se passait là dehors. Pour Viktor, il s'agissait de ces sales voyous qui, en quête de puissance, avaient mit la main sur quelques officiers peu scrupuleux et leur avaient remplit les poches tandis que ceux-ci retournaient allègrement leurs vestes d'uniforme. Pour ceux qui ne s'étaient pas laissés faire, une autre sorte d'affaire les attendait. Cela paraissait clair aux yeux de Viktor : s'ils retrouvaient les deux officiers disparus, ceux-ci leurs raconteraient qu'on a tenté de les corrompre et qu'on les a punit pour leur excès d'intégrité.

Si, par bonheur, ceux-ci seraient en état de parler, le policier pensait avoir la une chance de mener la guerre contre ces "Baïmak's Kids" au nom de la loi. Et donc avec des preuves et des mandats, mais on en était pas encore là. Seul le café venait à sa fin. Viktor, pour sa part, se sentait déjà bien plus en forme et près à reprendre sa ronde.

" Si ce que je pense est vrai, alors cette nuit n'est pas prête d'être terminée. " fit-il en faisant un signe à leur serveur attitré et en extrayant son porte-feuille de la poche intérieure de sa veste.

" Qu'est-ce qui t'amène dans cette ville, Uliana ? Si je puis me permettre. " demanda-t-il alors qu'ils étaient sur le point de se préparer à repartir. Il savait qu'elle ne s'attendait pas à ce qu'il lui pose des questions qui n'avaient aucun lien avec leur enquête. D'ailleurs, ça n'était pas très important à ses yeux. Mais c'était une bonne manière de créer un lien plus fort et plus fiable avec les gens que d'apprendre à les connaître, même moindrement. Et ils auraient besoin d'une certaine confiance l'un envers l'autre s'ils venaient à se mettre dans de mauvais draps.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Ven 21 Mar - 13:37

J’hochais simplement la tête, montrant que j’étais d’accord avec lui. Balloter d’un endroit à un autre, nous avions dû faire face à des situations compliquées. Celle-là bien plus que les autres, évidemment. Mais au fond, ce déroulement de journée n’était pas plus mal. Disons que ça m’avais permis à m’habituer au climat de la ville. Dans tous les sens du terme. Et c’était largement préférable à une journée où je n’aurais quasiment rien fait. La perte de temps était un ennemi redoutable mais pour aujourd’hui, il n’était pas le mien. Quoique, le temps nous était tout de même compté. On ne pouvait pas se permettre de reporter tout ça à plus tard ou de ne pas se précipiter.

Portant ma tasse à mes lèvres, j’en bus quelques gorgées, ravie de sentir la chaleur glisser dans ma gorge et réchauffer mon corps par la même occasion. Habituellement, je ne buvais pas de café mais ce soir, je faisais une exception. Si je me contentais d’un simple chocolat chaud, je ne serais pas au meilleur de ma forme. Il fallait faire des concessions de temps en temps.

Relevant les yeux sur Viktor, j’en venais à me demander qu’elle était sa théorie sur ce qui se tramait. Il était sûrement plus proche de la vérité que moi. C’était son job après tout. C’est lorsque je terminais mon café qu’il sortit son portefeuille et me questionna sur les raisons qui m’avaient amené ici. Reposant la tasse vide sur la table, je réfléchis un instant. Devais-je lui révéler mes véritables intentions ? Mes ces dernières n’étaient-elles pas évidentes ? Après tout, il savait que j’étais journaliste. Ou dû moins, que je posais des questions à tout va, ça avait le mérite d’être plutôt clair. Mais, après tout, si je lui disais que j’étais venue ici pour faire éclater la vérité au grand-chose, qu’est-ce qui le pousserait à m’en empêcher ? Nous n’étions pas dans le même camp mais avions des intérêts communs. Comme il l’avait si bien dit ce matin, à notre rencontre, nous faisions un travail similaire.

« - Si je suis venue ici, c’est pour tenter de faire tomber certains masques expliquais-je en attrapant ma veste. Combattre les méchants, tout ça. C’est autant un devoir qu’un défi personnel. »

Je pourrais évidemment lui en dire plus, sur mes motivations, mon passé mais je préférais m’arrêter là. Même si je me doutais qu’il n’avait pas de mauvaises intentions, mieux valait rester prudente. Méfiance habituelle.

Me levant, j’enfilais ma veste après que Viktor ait payé le serveur et retournais dehors, où le froid se fit beaucoup plus présent. J’avais espéré que la secrétaire du policier recontacte ce dernier pendant que nous prenions notre remontant mais visiblement, ces recherches prenaient plus de temps. Qu’importe du moment qu’il y avait un résultat. Enfouissant mes mains dans mes poches et m’approchant du véhicule, je finis par me tourner vers Viktor. Son interrogation à propos des raisons de ma présence dans cette ville en avait suscité quelques unes pour moi à son sujet.

« - Et toi, tu étais ici avant cette mise en quarantaine ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Mer 26 Mar - 17:31

Viktor dépassa Uliana alors qu'elle lui posait une question à son tour. Il ouvrit la portière du véhicule, coté conducteur, et lui répondit :

" Oui, j'étais déjà là. Comme la plupart des gens que tu rencontreras, d'ailleurs. Il n'y a pas grand chose qui attire les touristes, depuis ! " fit-il en souriant.

C'est vrai que la situation de Baïmak faisait que tout le monde tournait en rond, que ce soit dans la ville ou ses alentours. Ainsi, les mêmes gens -ou presque- faisaient les cent pas sur les mêmes pavés de cette même ville depuis quelques années maintenant. Ceci, sans voir le bout du tunnel qui était pourtant très attendu. Le policier, pour sa part, ne se faisait plus aucune illusion : plus de temps cette situation perdurait, plus difficile il serait d'en sortir. Il fallait bien avouer qu'ils étaient dans le pétrin jusqu'au cou, la situation de cette nuit le leur prouvait une fois de plus.

Le froid attrapait chaque partie du corps de Viktor tandis que lui attrapait le téléphone qu'il avait laissé là. Il invita sa partenaire du jour à rentrer dans l'habitacle de la voiture alors qu'il rappelait Sofia. Le téléphone de son bureau sonna trois fois avant qu'elle décroche, finalement.

" Des infos pour moi ? " lui demanda-t-il sans formules de politesse.

Il entendit un bruit indescriptible au bout de la ligne et comprit rapidement que Sofia ne devait pas traîner dans son bureau trop longtemps. Elle allait donc faire court, ce qu'elle fit avec brio :

" L'agent Laine n'écrit aucun rapport criminel depuis un an. Il travaillerait uniquement sur des prétendus accidents de toute sortes. Ou des affaires sans suite. Bref, il arrête personne. " fit-elle. Elle prit une petite pause comme pour remettre ses idées en place pour pouvoir expliquer la suite tout aussi brièvement :

" Les deux disparus s'appèlent Karl et Valdomar. Ils sont assez âgés, dans ton genre quoi. Ils faisaient leur ronde quand ils se sont fait, visiblement, attaqués par un groupe de la zone. Celle-ci appartient aux Baïmak's Kids. Les russes sont presque tous dans les squats donc vous pourriez y jeter un oeil. Sinon, le grand quartier offre de nombreuses cachettes plus ou moins évidentes pour le véhicule perdu. Quoi qu'il en soit, ceux qui ont fait ça son armé ou terriblement puissants, Karl et Valdomar étant considérés comme très expérimentés. Contrairement à Laine, ils on procédé à une bonne dizaine d'arrestation conduisant à six renvois de sans papier rien que ce mois-ci. Je dois y aller. "

Elle raccrocha. Viktor mit le téléphone dans sa poche et, par la même occasion, en sorti un paquet de cigarette. Il en alluma une avant d'allumer le moteur de la voiture et, du coup, le radiateur avec. Il la porta à ses lèvres et inspira alors qu'il réfléchissait à ce qu'ils devraient faire ensuite. Le détective n'avait pas encore touché le moindre mot à Uliana sur ce que Sofia lui avait appris et s'apprêta donc à prendre la parole. La bouffée de fumée eu un effet relaxant direct sur Viktor, elle lui fit un très grand bien.

" Désolé pour la fumée. " commença-t-il. Car, une fois encore, il n'ouvrirait aucune fenêtre malgré ça. " Laine couvre les arrières d'à peu près tout les voyous du coin. Il fait passer des délits pour des accidents. En tout cas, sur les papiers. Ca ne m'étonnerait pas qu'il ait directement relâché nos amis de l'épicerie. Peut-être même les a-t-il reconduit directement chez eux, dans les squats de la zone industrielle. " ajouta l'officier.

Il observait la réaction de la fouineuse qui l'accompagnait depuis très tôt dans la journée. Elle avait eu, en effet, un pressentiment quant au point auquel Laine n'était pas "net".


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Scorpion Cochon
Messages : 57
Date d'inscription : 07/10/2013
Age : 21
Localisation : En mission de sauvetage dans une épicerie de quartier.
Emploi/loisirs : Des loisirs ? Pas le temps !
Humeur : Déterminée
Choses importantes :
Son unique but est de montrer toutes les vérités au monde entier, d'en dénoncer les responsables. Elle est plus que déterminée.

avatar
La Fouineuse
Uliana Kourine
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Sam 29 Mar - 13:34

Il avait raison. Qui voudrait rentrer dans cette ville à problème ? A part moi bien sûr. Mais la facilité n’était pas toujours le bon chemin à prendre. De toute façon, je ne voulais pas d’un long chemin bien tranquille. Et puis, entrer dans la ville n’était pas sans problème alors il fallait vraiment le vouloir. Evidemment, si les gens avaient le choix entre le confort de leur maison ou se confronter à Baïmak, ils prendraient le premier choix. De l’égoïsme et un manque de curiosité pur.

A mon tour, je pénétrais dans le véhicule et me laissais tomber mollement sur le siège passager. Viktor récupéra son téléphone, pour composer un numéro, certainement celui de Sofia, avant de le porter à son oreille. Je le laissais donc récolter les potentielles informations qu’avait obtenues sa secrétaire et reportais mon attention sur ce qu’il se passait dehors. Mais rien n’attira mon attention Le calme complet. En même temps, il se faisait tard, les gens étaient sûrement chez eux.

La discussion entre le policier et sa secrétaire ne dura qu’une petite minute et, une fois cela fait, mon camarade sortit de nouveau une cigarette pour l’allumer. Je tirais une grimace mais ne fit aucune remarque. Je ne pouvais quand même pas lui dire de retourner dehors pour fumer. Après quelques bouffées, il s’en excusa et m’expliqua rapidement ce qu’avait trouvé Sofia. Alors mon intuition avait été bonne, il y avait bien quelque chose qui clochait avec cet agent Laine. Un pourri dans toute sa splendeur. Comment pouvait-on se rabaisser aussi bas ?

« - Je suppose que notre prochaine destination est donc ces squats. »

Si Viktor avait vu juste et que les russes étaient retournés dans leur planque, c’était là-bas où notre affaire allait pouvoir avancer. Mais cela voulait également dire plonger directement en territoire hostile. Et nous n’étions que deux. Qui sait combien ils pouvaient être dans ces squats.

« - Ça risque d’être compliqué, n’est-ce pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/u/4661640/
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   Mar 1 Avr - 0:38

" C'est peu de le dire ! " fit-il en se grattant le menton.

Sa toux le rattrapa et, tout en tâchant de se retenir, il baissa la vitre pour jeter sa cigarette à l'extérieur. Car il s'agissait là d'un signe toujours plus fréquent qu'il lui fallait arrêter. Mais malgré tous ses efforts pour en finir avec son vice, rien n'y faisait. Il avait beau se sentir le plus coupable du monde pour se foutre en l'air comme ça, il en avait besoin, désormais... ça faisait partie de lui. Après avoir remonté la vitre, il mit sa ceinture de sécurité et observa le café qu'ils venaient de quitter.

" D'après ce que je sais, corrompu ou pas, personne va là-bas. " ajouta-t-il.

Il était évident qu'il s'agissait d'une zone à éviter pour Viktor étant donné le badge qu'il était sensé porter. La première raison de ce fait étrange était que les "ennemis" y étaient nombreux et qu'une véritable embuscade pouvait y être organisée sans mal. Le policier n'avait aucun souvenir d'une opération d'envergure menée là-bas pour vider les lieux... cela devait donc désormais ressembler à une véritable fourmilière. Rien de rassurant, donc. La deuxième raison pourrait être la paperasse à remplir après y faire un tour. Car beaucoup de choses y étaient à signaler. Les installations présentes dans les squats (l'ancienne zone industrielle de la ville) étaient soit mal entretenue, soit potentiellement dangereuse depuis toujours. Savoir que des civils sans autorisations gambadaient dans les environs provoquerait tout un tas d'événements que le système en place ne pouvait apparemment pas gérer pour l'instant.

Viktor s'imaginait cet endroit comme une mine désinfectée remplie de vilains dont les fondations étaient fragiles. Bref : qui que vous soyez, n'approchez-pas.

" Sachant cela, y aller de nuit me semble être une mission suicide. " conclut-il, observant Uliana.

Il se mit ensuite à penser et réaliser que, que ce soit de jour ou de nuit, tant qu'elle n'avait pas accepté l'offre de ce matin, il n'avait aucun droit de la mettre dans une situation potentiellement dangereuse. S'il lui arrivait quoi que ce soit, non seulement ne se le pardonnerait-il pas mais, en plus, il aurait beaucoup d'ennuis. Il décida donc d'informer sa partenaire du jour de ses doutes à ce sujet :

" Uliana, je ne sais pas si c'est une bonne idée de te mettre dans une telle situation. Que ce soit le jour ou la nuit, d'ailleurs. "

Sans plus d'explication, il attrapa le volant, prêt à la ramener chez elle... à la ramener où que ce soit, en fait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La provocation des Kids   

Revenir en haut Aller en bas
 

La provocation des Kids

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon w.e. Masters-Kids, Hamont , Bastogne !.
» Halte au flood/HS/provocation/etc.
» We're still kids [FAITH]
» Provocation en Duel
» Sean - please excuse the mess, the kids are making memories

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
En Quarantaine :: La Ville de Baïmak :: Ville-Nord :: Épicerie du coin-