AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Viktor Jacamon ; Le policier aux dents crochues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin Messages : 48
Date d'inscription : 22/08/2013
Localisation : Partout !
Emploi/loisirs : Chercher les ennuis
Humeur : Affamé
Choses importantes : Loup-garou
Fumeur
Sourire de Requin

Ami de • Uliana Kourine
avatar
Héro de Baïmak
Viktor Jacamon
MessageSujet: Viktor Jacamon ; Le policier aux dents crochues    Jeu 22 Aoû - 19:09

VIKTOR JACAMON

Jacamon Viktor Homme 3 juillet 2030 33 ans Finlandais Russie Hétérosexuel Marié Agent de Police Police

Autres choses : Fumeur depuis quinze ans, ses poumons le lui font ressentir. Il tousse à longueur de journée.
Pouvoir : Métamorphose, homme-loup


APPARENCE

Viktor fait un mètre soixante-neuf de hauteur. Il n'est pas très musclé et porte des lunettes. Il a des yeux de couleur claire, penchant vers le bleu. La plupart des racailles auxquelles il a affaire le trouvent inoffensif. C'est un officier de police décontracté, ne portant pas la casquette ni quoi que ce soit qui décrive son rôle dans cette ville de malade en dehors de son badge de police attaché à sa ceinture. Il se contente de porter des chemises, manches remontées, sans cravate ni quoi que ce soit qui le fasse paraître trop sérieux. Un pantalon beige et des chaussures de cuir sobre font l'affaire chaque jour. Son crâne commence déjà à se dégarnir et sa couleur de cheveux brun clair le rend assez facilement repérable pour quiconque le connait. Mais les yeux qui l'observent remarqueront sans mal son arme de service, une arme de poing. Typique du service de Police. Il porte une montre à son poignet au bracelet de cuir noir, commune.




PSYCHOLOGIE

Viktor est quelqu'un de perpétuellement énervé. Depuis cinq ans, l'agressivité des délinquant a augmenté de manière choquante. Pour lui, il s'agit d'un laxiste de la part du gouvernement. Il décrit les dealers comme les squatteurs et tout les petits groupes de casseurs comme des morts en attente de leur sentence. Contrairement à la plupart de ses collègues, il n'a pas peur d'appuyer sur la détente. Il élimine la menace sans penser aux tristes familles du défunt et encore moins à la personne qu'il fut avant qu'il dépassa les limites de la loi. Viktor est un policier à l'ancienne. Il connait la loi, la respecte et abat ou blesse grièvement quiconque ne fait pas de même. Il sait perpétuellement qu'en cas normal, il se serait fait viré il y a bien longtemps, mais la situation est devenue telle que le gouvernement lui a donné carte blanche à lui comme à tout ses collègues.

Sa femme est la seule qui compte à ses yeux. Son précédent collègue s'étant fait battre à mort près de chez lui par une bande de racaille. Il est devenu, depuis, insensible et complètement détaché. Son seul objectif étant de faire son travail.




HISTOIRE

Il y a de cela cinq ans, la situation commençait à changer du tout au tout à Baïmak. La Police commençait à se faire déborder et certains avaient fait le buzz dans toutes les informations du pays à cause de bavures, ayant tué certains jeunes alors qu'ils procédaient à un saccage. Évidemment, les gens qui avaient vu l'accident via la télévision ne se rendait probablement pas compte que ce n'était qu'un saccage parmi une quarantaine par semaine et que les jeunes en question était des experts dans tout type de délit.

Viktor, lui, le savait. Son partenaire, Tuomas, était nouveau dans le métier. Son but semblait de dialoguer avec chaque délinquant et les faire comprendre que ce qu'ils avaient fait était mal. Bien entendu, d'après lui, ce traitement ne fonctionnait que lorsque l'on relâchait l'individu sans attendre. Ce qu'il faisait donc tout de suite après que, en quelque sorte, le coupable aie simplement demandé "pardon", ce qu'il obtenait.

Il ne fallu pas attendre deux ans pour que sa gentillesse, sa générosité le perde. Alors qu'il était devenu le meilleur ami et le seul confident de Viktor en de hors de sa propre famille, ce fut une grande perte pour le policier. Il ne put rien faire d'autre que de recevoir l'appel l'informant de la force de son partenaire de service, mort dans son propre quartier très tôt dans la matinée. On lui avait offert deux semaine de repos pour qu'il fasse son deuil. Ce n'était pas énorme, mais Viktor ne les prit tout de même pas.

Les mois suivant, il tenta de trouver qui était coupable de la mort de l'un de ses uniques amis. Il se referma sur lui-même. Se relation avec sa femme devint tendue. Il occupait chacune minute de sa journée dans son enquête.

Après plus de trois ans, il abandonna. Cela faisait plus d'un an déjà qu'il piétinait. Il n'y avait plus de nouvelle piste, seulement deux témoignages qui affirmaient avoir "entendu" la scène. Mais rien d'autre. Personne n'avait rien vu, personne n'était aux alentours. La vérité s'en était en allé avec les assassins.

De plus, Viktor avait oublié depuis longtemps déjà le visage même de son partenaire. Il évita minutieusement de tomber sur des photos du "bon vieux temps" et tenta de reprendre avec son épouse sur de bonnes bases. L'enquête laissée derrière lui, il pu reprendre sa romance là où il l'avait laissée et son chez lui était revenu le nid douillet du quel il avait pourtant tout oublié.

Mais désormais, lorsqu'il sort de son immeuble pour marcher dans le froid de la ville de Baïmak... il se comporte comme un animal. Sa toux s'aggravait et il se grattait souvent. Son médecin n'a rien trouvé de spécial mais lui a conseillé d'aller voir un dentiste. C'est à cette remarque là que Viktor comprit qu'il lui fallait éviter les médecins. Il se regardait chaque soir dans le miroir et remarquait des muscles différents, parfois même nouveaux. Son corps changeait et lui donner l'impression d'être à nouveau dans l'adolescence. Cette pensée le faisait sourire.

Se transformer en homme bête était un don. Cela lui avait permit de refuser les maintes offre de pouvoir bénéficier du soutien d'un nouveau partenaire. Il était très bien seul. Il était en sécurité. Les jeunes des quartiers nord entendraient bientôt parler de lui, il s'en faisait la promesse. Du moins depuis qu'il pensait maîtriser son don unique parfaitement.

Il a annoncé la nouvelle à sa femme et à son patron. Il est prêt à recommencer à faire ses rondes journaliers. Il est prêt à refaire équipe avec quelqu'un. Il est prêt à retourner dans les rues pour y remettre de l'ordre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Viktor Jacamon ; Le policier aux dents crochues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Li cacho-dent (casse-dents ou croquets aux amandes)
» [mission] Les bonbons, c'est mauvais pour les dents [pv]
» [b]Un Policier vient d'être tué à la BRH[/b]
» Serrez les dents vermines !
» Roman policier Alice de Caroline Quine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
En Quarantaine :: Accueil :: Votre identité-