AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Sur le toit du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Féminin Capricorne Rat
Messages : 44
Date d'inscription : 03/03/2014
Age : 20
Localisation : sous le grand quartier/ galerie abandonnée
Emploi/loisirs : négociation/espionnage
avatar
Citoyenne curieuse
Hood
MessageSujet: Sur le toit du monde   Mer 27 Aoû - 13:23

Le silence rend sourd

Il y a une beauté étrange dans les lieux abandonnés. Tout comme la majorité des gens éprouves une fascination pour la mort, une attirance morbide les attires vers ces coquilles vides.Ils prennent des photos, visitent des châteaux hantés, des palais tombés en décrépitude, des cimetières, des catacombes et tentent de s’imaginer à quoi l’endroit pouvait ressembler du temps de sa grandeur, sans beaucoup de succès.Pour la bonne raison que ce n’est pas la grandeur qu’ils viennent chercher mais la décadence. Ils savourent l’échec des autres, comme une preuve que tout ce termine et que leur existence n’est pas la seule à avoir une fin. En vérité, la foule cherche le réconfort dans l’échec des autres.

De la même façon, Vigdis en revenait toujours à la gare. Avec son hall que le silence rendait démesuré, ses quais envahis d’herbes folles aux rails disloquées, comme si des siècles s’étaient écoulés depuis sa fermeture et non quelques années. Des plantes avaient commencé à faire leur apparitions en bordure des quais.Comme la grande verrière du hall était brisée et que les portes avaient été défoncées depuis belle lurette,de la neige, des feuilles mortes ou de la pluie pénétraient dans le bâtiment, en fonction des saisons. A la nuit tombée, on y croisait bien quelques dealer, leur junkie et le reste de la faune et de la flore des squatteurs du coin mais le jour il n’y avait guère que quelques SDF a se réfugier dans les couloirs et les anciens magasins relativement abrités. Le gros des parties communes restant désertes.

Elle entra a vélo dans le bâtiment. La roue avant butta légèrement sur le rail des portes coulissantes.Quelques morceaux de verre parsemaient encore le sol de l’entrée mais les portes n’étaient plus qu’un souvenir.Elle avança un peu et laissa sa bécane a l’intérieur d’un des guichets, cachée des éventuels visiteurs. La bicyclette était en apparence un tas de boue inutilisable dont les pièce ne tenaient plus ensemble que par une épaisseur de rouille mais elle roulait encore bien. Une pédale dans sa poche pour dissuader les éventuels chapardeurs, elle traversa le halle en évitant les éclats de verre, engouffra dans un couloir latéral et entra par une porte de service en métal. Un second couloir menait vers la tour.

Une fois dans l’annexe, il restait à gravir un escalier de secours qui entourait la tour. Le bâtiment, équivalent ferroviaire de la tour de contrôle des aéroports, était autrefois pourvu d’un ascenseur et d’un escalier intérieur en colimaçon mais il n’y avait plus d’électricité et l’escalier était bourré de détritus.En montant, elle pouvait voir les différentes parties du complexe abandonné puis les rues voisines. Une fois en haut, on avait non seulement une vue imprenable sur la ville mais également le calme absolu.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sur le toit du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jour 7 : Sur le toit du monde
» Discussion sur le toit du monde ∆ pv artus
» [PCM 2015] MTN-Qhubeka, l'Afrique du Sud sur le toit du Monde ?
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
En Quarantaine :: La Ville de Baïmak :: Transports en Commun :: Gare (Hors Service)-