AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Quartier Lupanars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Masculin Cancer Serpent
Messages : 16
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 28
Localisation : Quelque part
Emploi/loisirs : Divers et variés
Humeur : Neutre
avatar
~*Petit Flocon*~
Yukine
MessageSujet: Quartier Lupanars   Dim 27 Avr - 16:36

Dehors il commençait à neiger, il faisait froid aussi, mais Yukine avait bien plus froid en lui que la température indiquée. Cependant, avoir froid à l'intérieur et à l’extérieur lui permettait de se balader dehors sans problème. Il faisait nuit mais les lumières de la ville donnait un aspect jaunâtre aux rues de Baïmak. Yukine qui était pourtant quelqu'un de solitaire et parfois même silencieux, il était cette fois accompagné par une femme qu'il avait rencontré il y a peu. Ils sortaient tout juste de l'orphelinat où Yukine avait l'habitude de vivre, les papiers avaient été remplis et tout semblait s'arranger pour le mieux pour le jeune garçon, mais il restait prudent vis-à-vis de sa bienfaitrice. Pour l'instant il ne savait rien d'elle, en dehors du fait qu'elle faisait tout ça pour lui simplement par bonté d'âme. Yukine ne croyait pas en la bonté humaine naturelle et il était presque persuadé que c'était intéressé de la part de mademoiselle Vigdis. D'autant qu'elle ne semblait pas surprise par son pouvoir et ses effets, c'était sans doute lié, mais il n'était sur de rien et préférait ne rien dire pour s'éviter d'autres problèmes. Ses pas crissaient sur la neige au sol et il songeait à peut être relâcher son pouvoir pour soulager un peu la pression, il n'y avait pas beaucoup de gens dehors et le froid ne se ferait pas trop remarqué tant qu'il n'irai pas trop prêt des autres habitants.

Ils étaient tous deux en train de se diriger vers des quartiers dans lesquels Yukine n'avait pas l'habitude de se rendre pour éviter d'être en conflit avec les groupes qui dirigent la zone, mais il avait fait le tour de la ville au moins une fois pour reconnaître les endroits dans lesquels il se rendait. Ce quartier faisait partit de ceux étant assez calme, mais c'était parce qu'il était sous le contrôle de quelqu'un dont Yukine avait oublié le nom, ce qui est une mauvaise chose car chaque chef avait ses règles et s'il voulait éviter les problèmes, le jeune garçon ferait mieux de s'en souvenir. Puis en tournant à un carrefour, la demoiselle lui présenta le bâtiment dans lequel il allait vivre. Cela semblait un peu trop conventionnel et évident pour que Yukine puisse avoir un doute, mais l'endroit était bien un appartement au milieu de plein d'autres personnes. Une pointe de stress monta en lui en songeant aux efforts qu'il devrait faire pour ne pas attirer l'attention. Même s'il avait prévu de mieux contrôler son pouvoir pour s'épargner des problèmes futurs, il restait nerveux. Il y avait également une pointe de déception, il avait penser que lui et Vigdis seraient dans une maison un peu à l'écart pour ne pas être déranger, mais ce genre d'endroit dans une quarantaine est ce qui est le plus difficile à trouver, d'autant qu'elle ne devait pas être la plus riche non plus. Il lu sur une plaque le nom de la rue, quartier des lupanars. Un drôle de nom pour un drôle d'endroit.

Grelottant un instant en regardant, il surpris le regard de la femme à ses côtés, il rougit un moment en s'imaginant des choses superflues et il s'avança sans vraiment savoir où il allait. Le silence gênant qui s'était installé ne semblait pas trop se dissiper et Yukine n'avait pas d'idée en sujet de conversation jusqu'au moment ou une question lui traversa l'esprit.


« Dite mademoiselle Vigdis, vous avez un pouvoir vous aussi ? »

Après tout elle n'avait pas manifesté la moindre surprise à apprendre le don de Yukine et même si l'endroit était réserver aux gens comme lui, il n'empêchait pas que certains humains normaux s'y trouvaient également. Ceux-ci étaient, malgré leur contact constant avec la chose, souvent surpris voir apeuré par les effets des pouvoirs imprévisible des autres habitants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Capricorne Rat
Messages : 44
Date d'inscription : 03/03/2014
Age : 20
Localisation : sous le grand quartier/ galerie abandonnée
Emploi/loisirs : négociation/espionnage
avatar
Citoyenne curieuse
Hood
MessageSujet: Re: Quartier Lupanars   Mar 29 Avr - 17:02

Là où les enfants ne devraient pas aller



Quelques jours après leur entrevue, Vigdis était de retour devant l’immonde HLM mais cette fois-ci sans l’obligation d’y pénétrer. Yukine en sorti, ses maigres possessions sur le dos, et la suivi sans un mot. Ils tournèrent les talons et elle le fit marcher en direction du centre ville. Ce n’était pas tout près mais faire monter un iceberg sur pattes dans une boîte en métal bondée n’était sans doute pas l’idée du siècle. Donc ils marchaient. Ce qui n’étaient pas l’activité la plus désagréable par un temps pareil. Des nuages épais s’amoncelaient et une épaisse couche de neige crissait doucement sous les pas des passants.

Ils arrivèrent dans le bas quartier du centre-ville, à l’extrême sud du centre ville. C’était un drôle d’endroit, de vieux bâtiments délabrés, des taudis surpeuplés et des ruelles glauques côtoyait les immeubles modernes et les magasins de luxe du centre-ville, parfois de si près qu’ils se confondaient. La rue qui les intéressait, plus particulièrement, se trouvait aux extrêmes limites de l’illégalité c’est-à-dire que personne n’ignorait son existence, qu’on y accédait sans problèmes et qu’on savait ce qu’il s’y passait. C’était un secret de polichinelle, qu’il ne viendrait à l’idée de personne d’éventer.

Le boulevard (car s’en était techniquement un même si les façades des immeubles l’entourant s’étaient beaucoup rapprochées depuis que l’on avait démoli l’enceinte moyenâgeuse qui délimitait autrefois le pourtour du centre-ville) était éclairé par des lanternes rouges qui se balançaient sur les perrons. On avait tagué l’ancienne plaque nominative aux couleurs de sa nouvelle fonction. A cette exception, les murs était immaculés. Afin qu’il le reste, des gosses de l’orphelinat venaient les nettoyer pratiquement tout les jours. A eux, ça leur faisait de l’argent de poche et ça permettait à la rue de conserver sa neutralité, sans les tags que les gangs s’amusaient toujours à placer sur leurs territoires.

Au bout d’un moment, elle s’arrêta devant un grand bâtiment de briques rouges et s’arrêta pour lui laisser le loisir d’observer l’endroit. C’était un édifice ancien, peut-être un des plus vieux bâtiment habité de la ville, et il avait toujours eut la même fonction. Des ferronneries et des statues recouvraient la façade . Les gouttières étaient même pourvues de gargouilles, dans un fourre-tout rococo qui laissait de sérieux doutes sur la santé mentale de l’architecte. Il y avait là des éléments gothique, art déco et baroque. Vigdis trouvait à l’ensemble un caractère fort, bien loin des HLM de béton mornes d’où ils venaient .Une lanterne rouge marquée d’un symbole chinois (on était plus à ça près) éclairait vaguement l’entrée.

Elle jeta un coup d’œil à Yukine pour voir s’il réagissait mais celui-ci surpris son regard rougit violemment. Pas besoin d’être télépathe pour deviner ce qui lui passait par la tête mais après tout, c’était l’endroit pour ça. Comme il n’était visiblement pas à son aise et que la rue était déserte à cette heure de la matinée, elle le laissa mijoter un peu. Rien de tel que le silence pour faire parler les gens. Elle n’eut pas à attendre longtemps pour qu’il pose sa question, très directe.

Pas dans le sens où tu l’entends, non. Tu sais qui dirige cet établissement?

Bien sur qu’elle n’allait pas le lui dire. Elle n’avait même pas besoin de ses mains pour compter le nombre de personne au courant et n’avait aucun intérêt à ce que cela change.

Viens, l’entrée est par là. Et ne t’imagines pas des choses.

Elle l’entraina par une ruelle sur quelques mètres. À leur gauche, une porte en métal. Elle y frappa trois fois. Attendit. Puis les verrous cliquetèrent et la porte s’ouvrit avec un à coup sur une espèce de vieille momie rabougrie au regard de taupe.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Cancer Serpent
Messages : 16
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 28
Localisation : Quelque part
Emploi/loisirs : Divers et variés
Humeur : Neutre
avatar
~*Petit Flocon*~
Yukine
MessageSujet: Re: Quartier Lupanars   Dim 4 Mai - 16:03

Yukine s'avança vers le bâtiment et patientait le temps que Vigdis ouvre la porte d'entrée. Celle-ci lui avait répondu qu'elle ne possédait pas de pouvoir, c'est donc qu'elle devait être une simple humaine qui cherchait la protection de quelqu'un dans son genre à lui ? Si c'était le cas, il était encore bien loin de contrôler son pouvoir et il n'avait certainement pas la carrure d'un garde du corps. Quoi qu'il en soit, quand la porte fut ouverte, Yukine s'avança à l'intérieur pour observer l'allure très peu entretenue de l'endroit, les papiers peints étaient abîmés à certains endroits et il y avait de nombreuses tâches également. Cela aurait pu être supportable s'il n'y avait pas eut en plus l'odeur très désagréable venant de la cave. Le jeune garçon n'était pas certain de son origine, mais il préférait ne pas le savoir pour l'instant, essayent de se concentré sur sa nouvelle maison. Vigdis le guida jusqu'au troisième étage avant de tourner sur la droite et d'introduire la clef dans la serrure pour ouvrir la nouvelle porte. Le blondinet avait le cœur qui battait à la chamade, il était sur le point de découvrir son nouveau lieu de vie. Lorsque la porte s'ouvrit dans un grincement discret, il vit le couloir d'entrée et l'endroit sombre puisque non éclairé. Mais déjà une odeur différente des escaliers s'en réchappait, prouvant que Vigdis prenait un certain soin de son habitation. Il attendit que la demoiselle s'avance un peu plus dans l'appartement pour s'y engager à son tour.

Lorsque la lumière fut allumée pour éclairer l'entrée, il vit que c'était meublé avec un certain goût et même une certaines harmonie, le petit buffet à côté de la porte d'entrée pour poser les affaires, rapidement suivit du porte-manteau qui s'occupait déjà de porter celui de sa bienfaitrice. Yukine l'imita donc et posa également son manteau vert dessus. Il n'appréciait pas de se dévêtir du fait de son froid intérieur, mais ce dernier ne changeait pas malgré la quantité de vêtement qu'il mettait sur lui. Le jeune garçon se frotta machinalement les bras pour tenter de se réchauffer en vain puis observa un peu plus loin dans l'appartement pour découvrir le salon qui ne possédait en tout et pour tout qu'un canapé devant une table basse, ainsi qu'une télé en face. Il y avait également un bureau installé non loin de la fenêtre de l'endroit. Le papier peint était de couleur ocre, mais cela ne se remarquait pas beaucoup. Les lampes et tableaux rendait l'endroit confortable. Yukine aurait aimé une petite visite de l'endroit, mais il n'osa demander. Il pris alors place sur le canapé attendant que Vigdis commence à dire quelque chose, car il était en terrain inconnu et n'avait clairement aucune idée de ce qu'on attendais de lui maintenant qu'il se trouvait là. Même si l'appartement était à son goût, il restait tout de même encore un peu méfiant. Il se souvenait encore des gens à qui il avait fait confiance pour voyager jusqu'ici et il sentit une vague de remord monter en lui, il voulait effacer ces souvenirs, mais maintenant qu'ils étaient là, il devrait faire avec.

Il regardait le sol d'un air contrarié en tentant d'écouter ce que lui disait Vigdis. Il songeait à sa famille, et ses anciens amis au Japon, il pensait à tout ce qu'il avait fait pour venir jusqu'ici et être dans cette situation. Ce n'était peut-être pas le meilleur choix, mais c'était le plus logique à ses yeux, il ne pouvait pas risquer la vie de ses proches avec son pouvoir aussi incontrôlable. La femme en face de lui ne semblait pas vraiment s'en soucier, comme si pour elle ce n'était qu'un détail sans importance, ou comme quelque chose de naturel. Avec ce sentiment, Yukine ne pouvait se sentir tranquille, mais il était encore suffisamment conscient pour ne pas laisser son froid déborder. Cette vie d'inquiétude et de doutes était totalement différente de ce qu'il avait l'habitude dans sa jeunesse, et même cette langue qu'il parlait, il ne l'avait apprise qu'au cours des derniers mois. Au début il se sentait vraiment très isolé, mais maintenant qu'il pouvait communiquer convenablement, il se sentait un peu moins enfermé, mais il restait solitaire malgré tout, la culture ici semblait si différente qu'il avait bien du mal à s'y trouver une place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Capricorne Rat
Messages : 44
Date d'inscription : 03/03/2014
Age : 20
Localisation : sous le grand quartier/ galerie abandonnée
Emploi/loisirs : négociation/espionnage
avatar
Citoyenne curieuse
Hood
MessageSujet: Re: Quartier Lupanars   Dim 11 Mai - 16:02

Là où les enfants ne devraient pas aller



Yukine entra sans faire attention à la vieille taupe qui le regardait avec son habituel regard réprobateur. Vigdis lui adressa un signe convenu d’avance et elle referma la porte dés qu’ils furent entrés avant de repartir à ses occupations. L’aspect et l’odeur de la partie « sale » du bâtiment suffisait à garantir la tranquillité des locataires, eux même perpétuellement enrhumé après quelques semaines. De plus, les étages du bas étaient occupés par les gros bras et autres hommes à tout faire des activités dont la rue c’était fait une spécialité.

Elle le mena vers les escaliers, il y avait bien un ascenseur mais on ne s’en servait pratiquement jamais, sans compter que seule la porte du dernier étage marchait encore. Elle avait fait entretenir l’appartement quelques jours auparavant si bien qu’il sentait encore le propre. Des pots-pourris empêchaient l’odeur, moins présente à cet étage, d’entrer dans l’appartement. Les meubles n’étaient pas de toute première jeunesse mais, cirés de frais, ils faisaient plutôt bonne figure.

Elle entra la première tandis que Yukine hésitait sur le seuil. Il finit par se décider et Vigdis ferma derrière lui. Les appartement étaient munis d’une serrure standard ce qui signifiait, dans cette ville, qu’à peut prêt n’importe qui pouvait la crocheter, la forcer ou enfoncer la porte. Vigdis partait du principe que si il n’y avait pas de propriété individuelle, il n’y avait pas de vol mais les appartements étaient tout de même dotés d’un petit coffre fort à code, du genre qu’on trouvait dans les hôtels, qui fermait grâce à un code. Le reste de l’ameublement était à peu-près réduit au minimum. Plus loin, dans le salon, il y avait bien une télévision mais tout les appartement disposaient de la leur. Et puis elle faisait aussi radio. Il restait aussi des lampes et quelques vieilles toiles moches qu’avait laissé l’occupant précédent. Il ne lui avait pas semblé utile de les détruire, Yukine s’en chargerait bien lui-même si il ne voulait plus les voir. Quand il ne voudra plus les voir.

Tu peux bouger les meubles et tout le reste mais tu dois garder l’endroit propre et en bon état. Il y a un placard à balais près de l’escalier, à l’étage du dessous.

Il s’assit sur le canapé et elle prit place à l’autre bout. Il avait l’air soucieux et pas vraiment concentré.

La vieille taupe du rez-de-chaussée fait le portier et prépare à manger pour tout les locataires, deux fois par jour. La salle à manger en bas. C’est un sacré cordon bleu mais elle n’est pas douée pour les horaires et comme le nombre de convive change il n’y a jamais assez. Au pire il y a toujours des restes mais tu as intérêt à jouer des coudes si tu veux manger convenablement.

Comme il ruminait sans faire attention à ce qu’elle lui disait, les yeux fixés sur le plancher comme si il y voyait l’avenir, elle sorti la clé de l’appartement et lui attrapa le poignet. Comme il sursautait elle lui fourra la clé dans la main en se penchant pour le forcer à la regarder dans les yeux.

Ta clés. Tu la perds ;ton problème. On te la vole ; ton problème. On te choure tes affaires ; ton problème. Si tu ne montre pas un peu plus de volonté on te marchera tellement sur les pieds que tu ressembleras à un clown.

Vigdis se releva et radoucit le ton de sa voix. Après tout, ceci était nouveau pour lui.

Quand je parles, la moindre des choses est d’écouter et, si tu as quelque chose d’intéressant à dire, tu le dis et je t’écouterais à mon tour. Si ce que je te dis te semble sans intérêt ;tu le dis. Si tu ne te sent pas capable d’écouter ;tu le dis et on en reparlera plus tard mis je ne veux plus avoir à parler. Mon temps est précieux et le tient va le devenir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masculin Cancer Serpent
Messages : 16
Date d'inscription : 27/03/2014
Age : 28
Localisation : Quelque part
Emploi/loisirs : Divers et variés
Humeur : Neutre
avatar
~*Petit Flocon*~
Yukine
MessageSujet: Re: Quartier Lupanars   Sam 14 Juin - 16:38

Le jeune garçon fut surpris au contact physique de sa main avec celle de mademoiselle Vigdis, il regarda vers elle instinctivement pour écouter ses paroles attentivement. Elle semblait très sérieuse au sujet des clefs qu'elle venait de lui remettre. Il n'était pas sur de tout saisir, mais ce qu'elle lui avait dit juste avant commençait à rentrer dans son esprit, la vie ici ne serait pas plus facile qu'à l'orphelinat. Non pas que ce soit un problème pour Yukine, mais s'il comprenait bien, il allait devoir vivre ici tout seul ? C'était à la fois un soulagement une une source de doutes, car ça serait la première fois qu'il doivent se débrouiller seul. Mais alors elle où vivrait-elle si c'était sa nouvelle tutrice ? Il pris alors place sur le canapé pour assimiler les nouvelles informations et pour se poser un peu plus simplement.

« Euh, mademoiselle... Vous … Je veux dire, si je comprends bien, vous n'aller pas vivre ici ? Du coup, pour garder contact …. Pour les démarches et tout le reste ? »

Tout ceci était encore trop nouveau pour lui, il avait besoin de temps pour se concentrer sur l'essentiel.

« Et que vouliez-vous dire par : notre temps est précieux ? »

Beaucoup de mystère entourait cette femme annoncée comme sa bienfaitrice, même si pour l'instant il devait lui offrir une certaine confiance aveugle, il ne laisserait pas les choses aller uniquement dans son sens à elle. Enfin il aurait tous le temps de s'y pencher plus tard, alors qu'il regardait un peu plus sérieusement la pièce, il pris la direction du couloir pour trouver la chambre.

« Je … J'ai besoin de me reposer un peu, il est tard et … Je suis fatigué... »

Il n'osait pas la regarder dans les yeux pour l'instant, il ne voulait pas qu'elle sache ce qu'il pensait, car les yeux sont les fenêtres de l'âme. Lui souhaitant bonne nuit, il poussa la porte de ce qui allait être sa chambre et constatait que cette pièce était assez peu décorée, mais pas dépourvue de meuble. Il posa ses affaires dans un coin et se déshabilla pour prendre place sous la couverture. Depuis le temps qu'il ne dormais plus très souvent au même endroit, il n'éprouvait donc pas de problème pour s'endormir, cependant, il n'avait pas encore l'impression d'être chez lui. Se mettant sur le côté en position fœtal, il voulait garder un semblant de chaleur dans son corps, mais le froid de son pouvoir était bien plus imposant et ne faisait qu'une bouchée de la chaleur du petit corps enfouie sous les couvertures. C'est une chose qu'il avait remarqué également, pendant son sommeil, le gel avait tendance à se relâcher plus que de coutume en fonction de ses rêves ou cauchemars puisqu'il n'était pas conscient. Une chance pour Yukine, il ne rêvait pas souvent. Ce n'est donc qu'après quelques minutes qu'il sombra dans un sommeil silencieux nécessaire à son corps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féminin Capricorne Rat
Messages : 44
Date d'inscription : 03/03/2014
Age : 20
Localisation : sous le grand quartier/ galerie abandonnée
Emploi/loisirs : négociation/espionnage
avatar
Citoyenne curieuse
Hood
MessageSujet: Re: Quartier Lupanars   Sam 21 Juin - 16:42

Là où les enfants ne devraient pas aller


Tu es un peu vieux pour avoir une nounou, non ? Mon appartement n’est pas loin : il faut monter les escaliers jusqu’au dernier étage et sonner deux fois la cloche près de la porte en bois du fond,  en cas de problème. Mais j’ai d’autres affaires à gérer donc il est possible que je ne sois pas là.

Elle comprenait que le brusque changement d’environnent pouvait désappointer le jeune homme mais il fallait qu’il s’endurcisse un minimum. Ne serait-ce que pour pouvoir vivre dans ce monde.

Tout simplement que nous avons tous un travail à faire : le tiens est d’apprendre et le miens est de faire en sorte que cela se passe l mieux possible. Aujourd’hui tu as ton après-midi libre mais à partir de demain tu aura des leçons de calcul avec mon comptable en matinée et un apprentissage sur le terrain l’après-midi. Il habite à cette adresse, tu as rendez-vous à 9h30, aucun retard ne sera toléré. Tout compris ?

Elle lui tandis un bout de papier avec une adresse et s’assura qu’il l’empochait bien. Compter plus  vite que le gars d’en face pourrait lui éviter de se faire avoir trop facilement et l’intellectuel en profiterait pour vérifier que ses connaissances en lecture, écriture, sciences et géographie étaient satisfaisantes. Non pas qu’il doive devenir un érudit mais un minimum de connaissances théoriques étaient nécessaire à toutes choses. La lecture pour apprendre, l'écriture pour transmettre et les connaissances générales pour comprendre.

Il se leva et commença a visiter les pièces plus en profondeur. Comme elle le savait déjà, outre le salon, il y avait une salle de bain basique : un lavabo et une douche dont l’eau chaude n’était pas garantie. Ainsi qu’une chambre tout aussi sobre : une commode, un lit et un pupitre pour les éventuels devoirs ou punitions. Le tout équipé avec les fournitures de base : savon, dentifrice, brosse à dents, quelques vêtements qui ne serait pas de trop au vu des maigres possessions du jeune homme, crayons, stylos, papier, lampe de chevet, lampe de poche et pile de rechange (les toilettes étant communes et situées au bout du couloir),… Il finit par trouver la chambre et lui fit ses salutations pour la nuit. Vigdis se leva et sorti.

Elle avait encore des choses à lui expliquer mais pouvait difficilement insister après avoir dit ce genre de chose. De toutes façons cela ne servirait à rien d’insister si il ne l’écoutait pas et, au pire, quelques incidents lui mettraient un peu de plomb dans la cervelle. Espérons juste que ce soit au figuré. Elle souhaita mentalement bonne chance au jeune homme et parti régler ses affaires habituelles.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Quartier Lupanars   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quartier Lupanars

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un quartier de Mordheim
» DALIDA son quartier et maintenant là où elle repose
» Le quartier disciplinaire de Fleury-Mérogis
» Les ragots du quartier....
» Nouveau visage du Quartier 2004

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
En Quarantaine :: La Ville de Baïmak :: Centre-Ville :: Bas Quartier-